ARCHIVES

Connaissez vous l'Histoire du belvédère de Rochefort, vers La Croix Trévingt ?

LE ROCHER DE ROCHEFORT : UN SITE EXCEPTIONNEL




La Tribune Républicaine de Roanne du 21 septembre 1913 a relaté ainsi l’inauguration de la Table d’Orientation par le docteur Gilbert LAURENT, alors Député de la Loire, : “ Arcon ...une auto s’arrête amenant le docteur FORGE de Renaison, Délégué du Touring-Club, aux démarches duquel nous devons la Table et M. ROSINA, Agent voyer de La Pacaudière, qui en a dressé la topographie... En route pour le Rocher de Rochefort, les uns à pied, les autres en auto, partent pour La Croix Trevingt, quatre kilomètres. Nous voici vers la Table d’Orientation. C’est une table de Volvic d’un mètre de diamètre, émaillée de blanc, sur laquelle est orientée et topographiée toute l’immensité du pays découvert dont l’ensemble constituerait presqu’un état.”


Jean CANARD nous apprend dans un tiré à part du Pays Roannais sur Arcon que la route partant de la Croix Trévingt à 838 mètres d’altitude aurait été ouverte entre 1851 et 1862. De là, elle arrive à son point culminant situé à 1076 m –point le plus élevé du Roannais- où l’on est tenté de s’arrêter pour grimper sur les énormes rochers qui la bordent : Rochefort. Là, on découvre avec toujours autant d’admiration le panorama grandiose qui s’offre à nous : le regard s’arrête d’abord sur les contreforts de la Madeleine surmontés par le bois des Tombérimaux, puis sur la Croix du Sud et enfin sur la dépression centrale occupée par les villages des Noës et de Saint Rirand, correspondant à une faille Sud Est-Nord Ouest, parallèle à celle de la Côte roannaise.


“Si le regard du voyageur se porte plus en avant encore -écrit en 1913 A. BOURQUIN dans son livre ”Notre Suisse roannaise”- il voit se dérouler une immense plaine s’étendant sur les départements de la Loire, de l’Allier, de Saône-et-Loire ; vers l’est, il distingue le large ruban d’argent formé par la Loire ; il aperçoit Roanne avec ses hautes cheminées d’usine puis, plus loin, se dressent les monts du Charollais, du Beaujolais, de Tarare avec, dans le profond lointain, si le temps est clair, la cime blanche et majestueuse du Mont-Blanc". Un banc, voulu par le Touring Club, permet de s’installer pour contempler encore et encore....




A l’image du “Cyclists Touring club” anglais, le Touring Club de France, fondé en 1890 sous l’impulsion de Paul de VIVIE, dit “Vélocio” dont un monument commémore le souvenir au col de la République au-dessus de Saint Etienne, était d’abord une association de passionnés de vélo pour développer le cyclotourisme, puis d’autres formes de tourisme. L’association est reconnue d’utilité publique en 1907 et participe à de nombreuses actions : développement de guides touristiques, routes touristiques, pistes cyclables, tables d’orientation, bornes, bancs. Elle a été à l’initiative du développement de la signalisation routière et a doté en 1914 la France de 30000 panneaux de signalisation routière. C’est donc dans ce contexte qu’a été implantée la table d’orientation du Rocher de Rochefort parmi beaucoup d’autres. Le Touring Club de France a disparu en 1983 à la suite de graves problèmes financiers : ses archives ont été transférées aux Archives Nationales et c’est donc là qu’on peut consulter la maquette à l’encre de Chine et aquarellée sur papier à dessin de 100cm de diamètre représentant le décor de cette table d’orientation.


Symbole de l’immuabilité de la nature et de la richesse de notre patrimoine, ce lieu mérite toujours qu’on s’y arrête !


Janine DESVIGNES

© 2017 - Association "Villages et Terres d'Avenir" - Tous droits réservés, y compris pour les photos.

RSS Feed
IMG_0835