Il y a 230 ans, la Loire et le Rhône se mariaient en un seul département !

29/01/2020

 

15 janvier 1790 : Dans le cadre du projet révolutionnaire, l’assemblée constituante abolit les provinces féodales et dote le royaume de 83 départements. Ce nouveau découpage intervient dans un contexte de simplification de l’organisation administrative du royaume.

 

La notion de département renvoie alors au vocabulaire administratif daté de François 1er qui avait progressivement disparu. Dans le cadre du projet de départementalisation, les députés s’attachent à ce que chaque citoyen puisse accéder à son chef-lieu en une journée de cheval au maximum.

Sous couvert d’œuvrer à une proximité entre le citoyen et son administration locale, il s’agit aussi de morceler et ainsi d’affaiblir les anciennes provinces. Il s’agit également de substituer le sentiment d’appartenance régionale à un sentiment national et ainsi d’œuvrer à l’unité du pays.

 

Avec la départementalisation, les députés recréent inconsciemment l’organisation héritée de la Gaule antérieure à la conquête romaine.

 

L’éphémère département du Rhône et Loire (1790 – 1793) : Ce département est créé sur la base des anciennes provinces du Lyonnais, du Forez et du Beaujolais. La convention nationale estimant le 8 janvier 1790 que « Ces trois provinces présentent ensemble une surface suffisamment importante pour faire un très beau département ».

Le lendemain les députés du Rhône et Loire, réunis en comité départemental arrêtèrent ce qui suit « Nous décidons de créer six districts à savoir : Lyon ville, Lyon campagne, Villefranche sur Saône, Roanne, Montbrison et Saint Etienne ». Le siège du département se situant alternativement dans l’une de ces six villes. Cette décision, démontre un esprit de méfiance et de crainte vis-à-vis d’une hégémonie de la ville de Lyon.

 

À la suite du soulèvement de la ville de Lyon à l’été 1793, (révolte dite des fédérés, mouvement fidèle à la république mais opposé au pouvoir jacobin de Paris), soulèvement soutenu et appuyé par la plaine du forez (Montbrison en particulier), la convention nationale décide de séparer le département en deux entités distinctes : le Rhône et la Loire.

Pour faciliter la répression puis la surveillance du département de la Loire, le siège du tribunal révolutionnaire et la préfecture sont transférés à Feurs de 1793 à 1795 (petite ville facile à surveiller, au centre du département et restée à l’écart de la révolte). Les foréziens furent très marqués par cette page de leur histoire. La préfecture est ensuite transférée à Montbrison jusqu’en 1855 puis finalement à Saint Etienne (ville prenant de l’importance sous la révolution industrielle).

 

Aujourd’hui, la création de la métropole de Lyon, a amputée le département du Rhône d’une grande partie de son territoire. Il est donc régulièrement évoqué un possible rattachement du territoire restant (Villefranche, Tarare, l’Arbresle et les monts du Lyonnais), au département de la Loire. Affaire à suivre.

 

Source :

Roman historique « Le Fleuve Guillotine » d’Antoine de Meaux.

Page Facebook « Histoire de France 2.0 »

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload

ARCHIVES

© 2017 - Association "Villages et Terres d'Avenir" - Tous droits réservés, y compris pour les photos.

RSS Feed