La fête des sians : Saint Rirand célèbre ses traditions

22/06/2017

Depuis des lustres, le samedi qui suit le jeudi de l’ascension est un jour de fête au village de St Rirand. Une tradition locale qui perdure depuis un siècle, la fête des sians, mot patois désignant un flan.

 

Cette année, le renouveau du bureau du comité des fêtes a dynamisé cette soirée.

 

La jeunesse pour égayer  notre bourg et permettre à nos anciens,  un retour nostalgique dans   un passé  ou la semaine de labeur était récompensée par des soirées souvent bien arrosées.

 

 

Une Présidente, Amélie Bartassot, jeune femme pétillante et bouillonnante, des idées plein la tête, elle entraine dans ce tourbillon Jérémy, Mathieu, Jordan, Didier et les autres.

 

Une délégation de notre association a pris part à cette manifestation, Antoine, papa Pierre, maman Françoise, Rose et moi-même, nous nous sommes retrouvés dans une ambiance de fête de village ou l’amitié, la solidarité et la famille en étaient  le plat principal.

 

Le mets tant attendu est arrivé en fin de diner, croute dorée, et crème d’un jaune éclatant, les fameux sians de St Rirand, vedettes d’un soir, disparurent en peu de temps.

 

Son secret de fabrication était scellé dans la pierre de nos vieilles maisons, chaque femme du village gardait sa recette.

 

Inutile de demander à Pauline le dosage, il y a bien plus d’un demi-siècle qu’elle façonne ces Pâtons, les yeux fermés.

Elle pétrit la pâte avec un tour de main d’artiste, elle pince cette pâte jusqu’à réaliser un petit contenant.

 

Le four à bois chante dans la cuisine, elle enfourne sa plaque et contrôle souvent la cuisson car ce poêle traditionnel de nos campagnes n’a pas de thermostat.

 

Une fois bien dorés et refroidis, ces petits récipients de pâte sont remplis d’une crème maison,  attention, que deux œufs, la guerre a rationné le peuple, mais une demi-feuille de laurier suffit à donner à ce dessert  une note de noblesse.

 

Pour l’association, comme chaque année, MAMAN Monloup a préparé la Pâte et la crème. C’est un petit groupe de femme que j’ai retrouvé autour de Pauline à la salle communale entrain de pétrir, pincer et mouiller les 180 gâteaux retenus pour le samedi soir.

 

 

 

Une tradition qu’il faut garder car elle est typique à notre village, typique et rassembleuse.

 

Michelle et Chantal, les belles filles de notre chef de cuisine ont emboité le pas, Amélie a commencé l’apprentissage à la préparation de ce délicieux dessert et devrait être la garante à sa pérennité.

Patrick DUMAS

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload

ARCHIVES

© 2017 - Association "Villages et Terres d'Avenir" - Tous droits réservés, y compris pour les photos.

RSS Feed