La ruine de nos éleveurs.

04/09/2016

Depuis le début de l’été, les agriculteurs manifestent de nouveau leur désarroi.

Partout une seule question se pose : va-t-on encore assister à une réduction de 60% du nombre d’agriculteurs en 30 ans, comme nous venons juste de le vivre entre 1980 et 2010 dans le canton ?

 

L’avertissement illustre la colère des producteurs de lait et de viande de Renaison. Prenons l’exemple du lait.

 

Les acheteurs de lait en France fragilisent un peu plus une filière en difficulté, affectée par la chute des cours et la surproduction en sous payant la marchandise. Alors qu’il y a trois ans, le prix du lait avoisinait les 0,36€ le litre, il est aujourd’hui de 0,26€. Or selon les organisations syndicales, le coût de production est de 0,38€ par litre de lait, en incluant un salaire d’un smic et demi – ce qui, pour le travail fourni, n’est pas énorme.

 

Voilà deux ans que la situation en France et en Europe s’est dégradée, avec la fin des quotas laitiers au 1er avril 2015, le coup de frein aux importations chinoises et l’embargo russe, décrété mi-2014.

 

C’est une véritable catastrophe pour de nombreux producteurs, notamment pour les jeunes. De fait, le taux de cessation d’activité dans les 60 000 exploitations françaises, qui emploient 110 000 éleveurs, devrait doubler cette année pour avoisiner les 9 %.

 

Or, n’oublions jamais qu’un éleveur laitier génère six à sept emplois (du chauffeur qui vient collecter le lait au vétérinaire) !

 

L’association Villages et Terres d’Avenir, notamment par la voie de son président Antoine Vermorel, se rend tout à fait solidaire des agriculteurs.

Elle prône une mobilisation totale des acteurs de toute la filière mais appelle également ses adhérents, et plus largement les habitants, à consommer local, responsable et équitable.

 

C’est aussi en changeant nos habitudes alimentaires que nous sauverons nos paysages et notre canton. En ces temps difficiles, nous appelons également les habitants à soutenir les manifestations des éleveurs. L’agriculture, et plus largement, la ruralité doivent redevenir des sujets au programme de nos politiques nationaux.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Please reload

ARCHIVES

© 2017 - Association "Villages et Terres d'Avenir" - Tous droits réservés, y compris pour les photos.

RSS Feed